06.11.2019
 
 

Petite chronique gastronomique

Le dessanilisateur et les mains de Paul
Chers lecteurs,
 
Ces derniers jours, nos marins ont travaillé à s'assurer que les moteurs du bateau soient bien alimentés. En effet, un des aspects importants de la traversée est la gestion de la dépense énergétique ! Pour un rameur lourd il est impossible de manger autant d'énergie qu'il n'en dépense, et si c'est moins vrai pour un rameur léger (et soyons honnêtes, seule Honorine rentre dans cette catégorie), c'est tout un pan de la préparation à prendre en compte. La nourriture de base se résume à des plats lyophilisés qu'ils réhydrateront avec de l'eau bouillante chauffée par un réchaud. Nous essayons de diversifier mais çe n'est pas de la grande cuisine.
 
Nos rameurs ont aussi préparé des "snacks packs" avec par exemple des fruits secs pour parer aux fringales. Paul a publié aujourd’hui une petite vidéo de présentation sur la page facebook (et vous en avez deux exemples en photo en bas de l'article). Pour le dimanche, chacun s'autorise un petit plaisir. En ramant 12h par jour, ils dépenseront entre 6 000 à 10 000 calories par jour. Pour information, les rameurs de la traversée de 2016 ont généralement perdu entre 9 et 20 kg en fonction de leur gabarit. Près d’un 5e de leur poids ! La traversée étant en totale autonomie, ils embarqueront un peu moins de 200 kg de nourriture à bord. A savoir, nos marins ont quasiment tous préféré le thé au café.
 
Le deuxième volet de l’alimentation : l’hydratation ! Vous l’aurez remarqué sur la photo d’illustration, le dessanilisateur est installé ! C’est un des éléments critiques du bateau. Il partage avec le pilote automatique l’honneur d’être un consommateur important d’électricité. (nous ferons un point sur tous les équipements dans une newsletter à venir). Plus important : c’est lui qui fournira l’eau potable pour l’équipage. Pour être plus précis, il y aura deux dessanilisateurs à bord. Nous espérons cependant que l’équipage n’en utilise qu’un : le dessanilisateur électrique. Il a une capacité de production de 20 L d’eau par heure… Ce qui n’est pas le cas du dessanilisateur manuel de secours, qui ne peut produire que 5 L par heure, au prix d’efforts de pompage de l’équipage. Deux causes principales peuvent mener à l’utilisation du deuxième : la défaillance du premier bien sûr, mais aussi un problème sur le circuit électrique… Ce qui ne serait pas une bonne nouvelle puisque le dessanilisateur ne serait alors pas le seul élément touché.
 
En termes gustatifs L’eau du déssalinisateur n’est "pas trop mauvaise", ou pour les plus expérimentés : "on s’y habitue". L’équipage peut également utiliser du sirop qui donne du goût à l’eau, mais l’apport gustatif est là aussi matière à débat.
 
For today’s newsletter, we had to look up “watermaker” on google translate. The reason is quite simple : the team has prepared the food and installed the watermaker. They will start rowing with near 440 lbs of food and two watermakers. One is electric and can produce 20 litres of water per hour. The second we hope they don’t have to use : it’s manual and the output is a measly 5 litres per hour.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Un petit message pour l'équipage
N'hésite pas à poser tes questions et encourager nos aventuriers
Lionel Levistre a dit il y a 1 jour
Salut Patrick! Il y dix ans du milieu de l'atlantique, tu m'envoyais toute l’énergie dont j'avais besoin pour ma traversée et comme toi j'avais rejoint la rive (on se comprend...) aujourd'hui c'est a mon tour de te soutenir dans ton aventure. Respect a toi et à tous les rameurs qui t'accompagnent. Bonjour aux baleines. bon courage
Votre nom
*
Votre adresse mail
ne sera ni affichée sur le site ni transmise à quiconque
Votre site web
Votre commentaire
*
* Champ obligatoire
envoyer
 
 
À propos
Association Rame Océan à Nanterre : préparez votre future traversée, réalisez un stage de navigation ou rejoignez notre équipage.
Association loi 1901 • © Rame Océan ou Agence Web Quomodo 2019